• Ghetto de Vilno

    Ghetto de Vilno

     

     

     

    Ghetto de Vilno

    Un groupe de partisans juifs

    dans la fôret de Rudniki, près de Vilno.

    Vilno, Pologne, entre 1942-1944

     

      Aprés la première guerre mondiale, la Pologne et la Lituanie revendiquaient toutes deux Vilno (aujourd'hui Vilnius). Les forces polonaises occupèrent la ville en 1920 et avant la déclaration de la seconde guerre mondiale, elle faisait partie du nord-est de la Pologne.

     

      Fin septembre 1939, conformément aux conditions du pacte germano-soviétique, les forces soviétiques occupèrent Vilno, ainsi que le reste de la Pologne orientale. En octobre 1939, l'Union Soviétique rattacha la région de vilno à la Lituanie. La population de la ville s'élevait à l'époque à 200 000, dont plus de 55 000 juifs. En outre, quelque 12 000 à 15 000 réfugiés juifs étaient venus de la Pologne occupée. Les forces soviétiqques occupèrent la Lituanie en juin, et en août 1940 rattachèrent Vilno, avec le reste de cette région à l'Union Soviétique. Le 22 juin 1941, l'Allemagne attaqua à l'Est. L'armée allemande occupa la ville le 24 juin 1941, le troisième jour aprés le début des opérations militaires.

     

      En juillet 1941, l'administration militaire allemande émit une série de décrets anti-juifs. Le même mois, les Einsatzgruppen (unités mobiles d'intervention) aidées par des lituaniens, tuèrent 5 000 juifs dans la fôret de Ponary, à 13 kilomètres de Vilno. L'administration civile allemande prit le contrôle de la ville en août 1941. A la fin du mois, les allemands tuèrent 3 500 autres juifs à Ponary.

    Ghetto de Vilno

    Abba Kovner, commandant de 

    l'organisation des partisans 

    unis du ghetto de Vilno, posant peu 

    aprés la libération.

    Aprés le 13 juillet 1944

      Les allemands créèrent, au début de septembre 1941, deux ghettos, le n°1 et le n°2. Les juifs considérés comme incapables de travailler étaient concentrés dans le ghetto n°2. En octobre 1941, les détachements allemands des Einsatzgruppen et leurs auxiliaires lituaniens détruisirent le ghetto n°2, et assassinèrent ses habitants. La prison de Lukiszki constituaient un centre de rassemblement pour les juifs qui étaient ensuite emmenés à Ponary puis fusillés. A la fin de 1941, les Einsatzgruppen avaient tué environ 40 000 juifs à Ponary.

     

      Les juifs du ghetto n°1 étaient forcés de travailler dans des usines ou dans des projets de construction en dehors du ghetto. Certains juifs furent envoyés dans des camps de travail autour de Vilno. Au cours de massacres périodiques, la plupart des habitants furent massacrés à Ponary. A partir du printemps 1942 et jusqu'au printemps 1943, il n'y eut plus de tueries de masse. Les allemands reprirent les exterminations lors de la liquidation du ghetto n°1, du 23 au 29 septembre 1943. Les enfants, les personnes âgées et les malades furent envoyés au camps d'extermination de Sobibor ou fusillés à Ponary. Les hommes survivants furent envoyés dans des camps de travail forcé en Estonie, les femmes en Lettonie.

     

      Le mouvement de résistance dans le ghetto de Vilno fut important. Une organisation des partisans unifiés (Fareynegte Partizaner Organizatsye, FPO) fut créé en 1942 et active dans le ghetto. Elle établit des cachettes d'armes et se prépara à combattre. Début septembre 1943, réalisant que les allemands allaient détruire le ghetto, les membres de la résistance attaquèrent les soldats, entrés dans le ghetto, pour commencer les déportations. Le conseil juif (judenrat), cependant, accepta de coopérer à la déportation des juifs, espérant ainsi minimiser les pertes. La FPO décida de fuir dans les fôrets voisines pour continuer la lutte. Certains combattants réussirent à quitter le ghetto par les égouts et à rejoindre les partisans de fôrets de Rudninkai et de Naroch.

     

      En septembre 1943, voulant détruire les preuves de l'assassinat des juifs à Ponary, les allemands forcèrent les détachements de travailleurs juifs à ouvrir les charniers et à brûler les corqs. Les juifs des camps de travail proches furent également tués à Ponary.

     

      Durant l'occupation allemande, des dizaines de milliers de juifs de Vilno et de sa région, ainsi que des prisonniers de guerre soviétiques et autres personnes soupçonnées de s'opposer aux allemands, avaient été massacrés à Ponary. Les forces soviétiques libérèrent Vilno le 13 juillet 1944.

     

     

     

     

     

    Ghetto de Vilno

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Paquerette 63
    Dimanche 26 Août 2012 à 21:28

    Il y a encore aujourd'hui dans le monde des antisémites forcenés; on note une recrudescence un peu partout des intégrismes qui font peur et puis il y a aussi à côté de ça des gens ordinaires qui, s'ils le pouvaient voudraient être juifs, par solidarité et pour lutter contre la bêtise et la barbarie humaine de ceux qui manquent tellement d'être qu'ils ont comme projet fou d'exterminer un peuple, une race. Ils ont la haine vissée au corps de l'autre et l'appel au meurtre. Mais en luttant ainsi du côté du Malheur, du côté des opprimés, on développe ce surplus d'être qui s'appelle l'âme et qui rend indestructible. On peut mourir, on est toujours debout et on peut regarder la mort en face. On n'a plus peur.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :